Maths-Rometus
Rometus Contacts Sources Livre d'Or
Accueil
Maths et histoire
Maths et nombres
Maths et mots
Maths et jeux
Maths au collège
Maths et liens
mardi 19 novembre 2019
Math'Rap
Télécharger le titre en MP3 de Math'Rap - Version courte
Sur certains navigateurs, cliquer sur le lecteur pour l'activer et l'utiliser
Mini stats :
6 428 033 visites
9 visiteur(s) en ligne

© 2019 Maths-Rometus
 
Rometus Contacts Sources Livre d'Or

Maths et chiffres


Sommaire

1) Le zéro : 0
2) L'étymologie des autres chiffres : 1 à 9
3) Les dix chiffres dans d'autres langues
4) Le graphisme de nos chiffres
5) Le symbolisme des nombres : 1 à 9 (interprétation)


4) Le graphisme de nos chiffres

Voici un moyen mnémotechnique que les auteurs pendant la Renaissance avaient imaginé pour faire retenir les graphismes des chiffres. On trace autant de segments que le chiffre l'indique.
Graphisme de nos chiffres pendant le Renaissance

Selon une tradition populaire, encore tenace en Égypte et en Afrique du Nord, la version moderne de nos chiffres "indo-arabes" serait l'invention d'un vitrier-géomètre originaire du Maghreb, qui aurait imaginé de donner aux neuf chiffres significatifs une forme dépendant du nombre des angles contenus dans le dessin de chacun d'eux :
un angle pour le chiffre 1, deux angles pour le chiffre 2, etc...
Tout ceci n'est bien sûr que supposition.
Graphisme des chiffres en Afrique du Nord

Les nombres anthropomorphiques
Les nombres anthropomorphiques, gravure du XIXème siècle.

Sommaire de maths et chiffres

5)  Le symbolisme des nombres : 1 à 9 (interprétation)

Un est le nombre divin par excellence. C'est le nombre de la Création, de l'action, de l'énergie. L'unité est garante de la cohérence.

Deux est un nombre incarnant toutes les oppositions : les deux sexes, le jour et la nuit, la vie et la mort, la gauche et la droite, le bien et le mal... C'est un nombre symbole de conflit (on retrouve sa racine dans le verbe "diviser"), mais il n'a pas que des aspects négatifs car l'union de deux contraires peut permettre la progression alors que l'unité est signe de stabilité.

Trois est un nombre sacré et spirituel. On pense d'abord à la Trinité (le père, le fils et le saint-esprit), mais aussi à l'espace (les trois dimensions), au temps (passé, présent et futur), à l'action (début, milieu et fin), à la famille (père, mère et enfant)... C'est par le nombre trois qu'on échappe à la dualité, il devient donc un nombre de rupture.

Quatre est le nombre de la stabilité. Il représente le corporel, le matériel (les quatre éléments), le terrestre (les quatre points cardinaux).

Cinq est le nombre de l'homme (l'étoile à cinq branches représente l'homme, ses quatre membres et la tête). C'est aussi le nombre de sens humains et le nombre de doigts d'une main.

Six est assez ambigu. Dieu a créé le monde en six jours. Le nombre six a aussi de belles propriétés : 6 = 1 + 2 + 3 = 1 × 2 × 3 et aurait pu être considéré comme divin mais en fait, c'est plutôt un nombre diabolique. Dans les œuvres de magie, on utilisait une "étoile" à six branches faites à partir de deux triangles. Dans l'Apocalypse, le "nombre de la bête" est 666.

Sept est un nombre mythique. On pense aux sept planètes, aux sept jours de la semaine, aux sept notes de la gamme pythagoricienne. C'est donc un nombre astronomique et temporel.

Huit est un nombre qui dépasse la perfection pour symboliser l'éternité. Sept indiquait un cycle temporel, huit c'est beaucoup plus.. Si sept est le nombre sacré de l'Ancien Testament, huit est par excellence celui du Nouveau puisque le Christ ressuscite le huitième jour. Ce n'est pas un hasard si les mathématiciens ont choisi le symbole ∞ pour signifier l'infini.

Neuf est très ambigu, c'est à la fois le nombre de la mort (le Christ expira à la neuvième heure) et de la vie (la gestation dure neuf mois).

Sommaire de maths et chiffres

Haut